Thématique

Germaine Tillion
Germaine Tillion

Ils ont traversé la peur !

« La majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires,

inoffensifs en temps de paix,

et dangereux à la moindre crise. »

Germaine Tillion a connu un destin exceptionnel. Résistante et déportée à Ravensbrück, elle a participé à tous les évènements majeurs du XXème siècle.

Cultiver le cocasse et le décalage pour garder son sang-froid !

Elle est, à la fin des années 1920 une jeune fille impatiente de déchiffrer les énigmes du monde. Née en 1907 dans une famille d’intellectuels, elle cherche sa voie, assoiffée de connaissances et d’aventure. Sciences Po ? Psychologie ? Egyptologie ? elle hésite.

Elle se décide finalement pour l’ethnographie qui lui parait conduire à la plus intime des connaissances de la société humaine. Cette discipline lui permettra d’épanouir ce don d’empathie globale qu’elle sent poindre chez elle, son génie du contact, du dialogue et de l’échange.

Sa vie commence comme un savant. Jeune diplômée, elle reçoit une bourse pour étudier les berbères dans les Aurès au sud de l’Algérie.  Pas de vêtements en micro-fibre pour alléger les bagages, pas d’ordi portable pour consulter ses bouquins, prendre des notes, trouver un traducteur automatique. Encore moins de smartphone pour les photos. Et pas une personne qui parle français à plus de 70 Km à la ronde. Bref, elle n’est pas confinée mais bien isolée…

Pendant quatre ans, elle OBSERVE à la loupe, REFLECHIT calmement, INTEGRE patiemment chaque détail de ce qu’il est possible de savoir sur les structures et le fonctionnement du monde aurésien de l’Ahlmar Khaddou.

Conseil n°1 d’une Germaine TILLION, curieuse :

Utilisez la loupe de l’ethnologue : soyez curieux de votre environnement (maison, bureau) comme si vous ne le connaissiez pas : notez au moins trois détails que vous n’avez pas repérés jusqu’alors dans votre environnement ou parmi vos proches ? Tiens je n’avais jamais remarqué le bruit spécial de la touche J de mon clavier… tiens, mais combien y a-t-il exactement de fils de couleur dans le pull de mon fils qui télé-étudie à côté de moi pendant que je télé-travaille ?

Vous avez trouvé moins de trois détails ? Plus de trois ?

Imaginez à présent que vous êtes un martien. Vous découvrez avec des yeux ou des antennes d’extra-terrestre l’environnement actuel dans lequel vous travaillez.

Qu’est-ce qui vous frapperait ? Quelles pensées vous viennent ?

Et après cette expérience, sentez-vous une différence dans vos ressentis ? Plus de quoi ? Moins de quoi ?

Germaine TILLION, Résistante

Retrouvons Germaine en France quelques années plus tard en mai 1940.

  • « Non mais c’est dingue ça ! Tu entends Maman ? Pétain vient d’annoncer l’armistice. Non, non, non, on ne va pas se soumettre à un ennemi totalement inacceptable.
  • Calme-toi Germaine, que veux-tu y faire ? »

Faire, agir, oui, c’est bien de cela qu’il s’agit.

Germaine prend très vite contact avec la Résistance et crée le réseau « du Musée de l’Homme ».

Ce vendredi 13 août 1942, elle a rendez-vous Gare de Lyon avec un agent de l’Intelligence Service pour lui remettre des documents à transporter en zone libre.

Quelqu’un lui presse durement l’épaule « Police Allemande, suivez-nous ! »

Rue des Saussaies, Germaine s’apprête à subir un rude interrogatoire. Elle se muscle mentalement en mobilisant son sens de l’humour et sa capacité de concentration pour tenir sa peur à distance. Avec leur air triomphant, les deux policiers allemands ressemblent à deux crocodiles. Germaine s’appuie sur cette analogie mentale pour garder son calme.

Elle se rappelle un conte peul, celui des deux pêcheurs :

  • « Nous devons traverser la rivière à la nage pour aller chercher notre bateau, dit le premier pêcheur
  • Si nous traversons à la nage, répond le second, le crocodile va nous manger.
  • Dieu est bon, dit le premier, pour se rassurer.
  • Oui , mais si Dieu se montre bon pour le crocodile ? réplique le second »

Germaine témoigne des années plus tard :

« En voyant l’agitation et l’air content des deux policiers, je me suis dit : Aujourd’hui, Dieu a été bon pour le crocodile. Et cela m’a rendu définitivement tout mon sang-froid »

Conseil n°2 d’une Germaine TILLION conteuse :

Utilisez un conte, une histoire comme métaphore de votre peur.

Lorsque vous étiez enfant, quel conte vous aidait à mettre votre peur à distance ?

Et si vous le partagiez avec vos collègues ? Avec vos enfants ?

Germaine Tillion confinée !

Retrouvons Germaine Tillion, incarcérée à Fresnes après avoir été arrêtée par la police allemande, alors qu’elle s’apprêtait à transmettre des documents à la résistance.

Pour Germaine, la situation est très grave. Elle risque la mort.

« Demain matin, on va vous fusiller » la phrase du policier est laconique et violente.

En quelques secondes, Germaine opère comme un black-out mental et se concentre sur tous les projets qui lui tiennent à cœur : elle visualise le planning des tâches à faire, les personnes à contacter, les rendez-vous à prendre, etc.. Elle sourit à tous ces projets et oublie totalement l’endroit où elle se trouve.

Pendant ce temps, le commissaire la regarde pour mesure l’effet de son annonce et quand il la voit hausser les épaules, il en tremble et bégaye de fureur.

« Quand à moi, écrira-t-elle, revenue brutalement à la réalité et confuse de ma distraction, je lui ai dit : Oh Monsieur, excusez-moi, je vous avais oublié. Il a pu voir à mon visage que c’était la pure vérité. Cela l’a tellement sidéré qu’il s’est remis à bégayer et est sorti de la pièce dare-dare. »

Conseil n°3 d’une Germaine Tillion concentrée :

Concentrez-vous sur vos projets et faites-les vivre mentalement encore plus intensément. Planifiez l’après COVID19, visualisez et écrivez les étapes de la reprise, la remise en lien de vos équipes, les différents scénarios de replanification ou de reprogrammation des projets, des délais, etc. 

Germaine Tillion cocasse !

Germaine est transférée à la prison de Fresnes avant de partir pour le camp de concentration de Ravensbrück en janvier 1943.

Anise, une de ses compagnes de cellule décide de s’évader. Elle assomme sa surveillante qui pousse de tels hurlements que son dentier se met en travers de sa bouche, l’empêchant de la fermer.

Arrivent trois officiers allemands qui découvrent une belle jeune fille blonde debout devant une affreuse gardienne allemande à la bouche tordue qui s’étouffe avec son dentier. Ils sont immédiatement saisis d’admiration pour Anise. Elle en profite pour accuser de coups et blessures la gardienne, incapable de parler. Anise ira quand même faire un séjour au cachot mais Germaine utilisera cette anecdote pour soutenir le moral des déportées à Ravensbrück.

Des dizaines d’années après cet épisode, Germaine et Geneviève De Gaulle (sa compagne de déportation) en riaient encore et retrouvaient, en se le rappelant, envie et énergie.

Conseil n°4 d’une Germaine TILLION, Cocasse :

Rappelez-vous de situations professionnelles incroyables, incongrues, cocasses et organisez un concours virtuel des « Tu te rappelles ?..»

Pour changer sa représentation mentale du stress généré par le COVID19, faites comme Germaine Tillion :

  1. Observer avec attention et concentration des détails de votre vie quotidienne oubliés ou ignorés
  2. Racontez contes, histoires « initiatiques » pour via la métaphore soulager la pression mentale du stress
  3. Imaginez dans le moindre détails l’après COVID
  4. Lancer avec vos collègues à distance une série « Tu te rappelles ? » sur les anecdotes, les épisodes cocasses et humoristiques que vous avez vécus ensemble !

MERCREDI épisode 1 de notre nouvelle serie sur Mandela

Il n'y a pas encore de fiche dans cette section.